On trouvera bien un titre plus tard

imagesCA8S7B14Abandon d’un blog. C’est un peu triste, surtout quand on pense à des idées de chroniques en permanence, sans nécessairement les faire.

Pour me remettre (figurativement) dans le bain. Voici un ramassis d’histoires avec plus ou moins de liens (et de sens).

 

Toutière101

La tourtière du Saguenay-Lac-Saint-Jean  que j’ai rapporté chez nous est encore dans le congélateur trop plein de chez ma mère. Apparemment, ce que je croyais être de la tourtière n’est qu’un vulgaire pâté à la viande. Mes croyances sont ébranlées, mais je peux leur accorder que leur tourtière, à eux, est divine.

 

Jujubes en vrac

Mon cousin me connait beaucoup trop. En fait, il ne me connait surement pas tant que ça, mais il a réussi à me donner le cadeau le plus épique de ma vie : une machine distributrice de jujubes. Et, fin stratège, il me permet aussi de m’accumuler une petite fortune en ramassant l’argent de la distributrice. Je n’ai malheureusement pas pu la rapporter dans mes bagages, faute de place.

 

Rooooouuute

Me trouver un lift pour revenir dans le Grand Nord a été périlleux. À trois, mon amie, moi et ma planche à neige; ce n’est pas trop facile de nous loger. On a finit par prendre un lift de Bromont. C’est quand même un petit bout de Montréal, mais bon, ma mère a pu aller skier au moins. Bonus, le chauffeur (de notre âge) était smart. Ironiquement, on est arrêté au Subway à Saint-Appolinaire. C’est un petit coin perdu trente minutes avant Québec, qui est aussi très proches des cousins que je devais visiter.

 

La suite plus tard… avec comme invitée spéciale : Waza*

 

*Nom changé, car sa mère lui a appris à ne jamais révéler son identité

Souvenirs de 2009

20121226-235615.jpg

Quand mon échange étudiant était venu de Victoria jusqu’à Montréal, on avait une immense bouteille de Ketchup.

Elle était tellement habituée d’avoir ses œufs faits chaque matin par sa mère que lorsqu’elle est arrivée à Verdun, elle était pas mal déçue.

À Victoria, chaque matin, sa mère amenait ses trois enfants et moi en auto à l’école située à cinq minutes. Quand un des trois n’étaient pas prêts, elle retournait le chercher. Mettons que partir une heure et demie avant le début des cours pour prendre le métro et l’autobus, c’était tout un dépaysement (Surtout avec les gros bancs de neige).

Elle leur faisait même le gros déjeuner chaque jour. Des œufs et bacon chaque jour! Chez nous, ça arrive maximum tous les deux semaines, quand mes parents se sentent généreux. Le premier jour, quand la mère m’a demandé ce que je voulais pour déjeuner, j’ai seulement dit des bagels. Et, je me suis ramassée à mange des bagels pendant un mois. Il y a une semaine et demie où les bagels n’étaient pas mangeables et que j’allais régurgité chaque matin.

Mais, ces lunchs étaient succulents! J’avais toujours un petit chocolat en prime.