Un écureuil avec le sourire de Jean Chrétien

Image

Ma face d’écureuil

«J’ai la moitié de la face d’un écureuil avec le sourire de Jean Chrétien.»  C’est la phrase que j’ai le plus souvent utilisée pour décrire mon visage en ce moment.

Pendant un match de soccer enlevant, mais pas vraiment (on perdait par la marque 7-0 sans chances de réussite),je me suis rentrée dedans, mais vraiment rentrée dedans.

Depuis le début, j’étais déjà convaincue que j’allais me faire décapitée. On était des amateurs, et l’équipe adverse était vraiment agressive avec le ballon (comme des vrais joueurs de soccer). Alors que j’étais goalie, je suis légèrement sorti de mon but afin de dégager le ballon. Pendant ce temps-là, le joueur adverse en face de moi a continué à avancer, et est rentré de tout son long en plein dans ma face.

J’ai fini la game, mais mettons que j’avais pas tant envie.. Au début, ça chauffe juste un peu dans la face comme quand un ballon t’arrive dessus. Le seul problème, c’est que la douleur est restée et que ma face a gonflé comme un ballon de football.

Ma coloc n’en croyait pas ses yeux; elle me montrait le visage à tout le monde. Faut dire que c’est vrai que ma face est pas mal comique. Même avec ma steakette de dinde hâchée, je ne dégonflais pas. Un moment donné, elle m’a dit : «Faut que t’ailles à l’hôpital, ce n’est pas normal.»

Grâce à ma voisine et mon autre coloc qui m’ont donné des lifts, je suis allée à l’hôpital où les infirmiers et les médecins me disaient que j’avais probablement une fracture à l’os sinusal. À ce moment-là, ma réflexion : «Comment on fait pour guérir un os du visage? Ce n’est pas comme un poignet ou une cheville. On ne peut pas faire un plâtre.»

 À un certain moment donné, j’ai senti un liquide qui coulait de mon nez. Je pensais que c’était juste de l’eau, mais c’était du sang.. Maudit que je capotais.

Finalement, je n’ai pas de fracture, même si la médecin n’avait pas l’air trop convaincue. Reste que je suis sur les anti-inflammatoires, et que je vais me faire une tonne de glaçons pour essayer de dégonfler.

Y’a vraiment juste à moi que ça arrives. 

Je suis un pingouin. Et je m’assume (presque)

Socially Awkward Penguin

’I’m not anti-social. I just don’t like you.’’

(version traduite pour ceux qui vivent sous une roche : Je ne suis pas antisocial. Je ne t’apprécies pas. )

C’est une affirmation que j’ai vu (et retweeté) sur Twitter.

Le trip de 140 caractères, c’est qu’on voit une affirmation qu’on trouve drôle, totalement véridique ou autre. Mais, elle n’englobe pas toute notre pensée sur un tel sujet. Elle nous laisse réfléchir.

Celle-là, elle me fait réfléchir en tas.

Il y a quelques mois, j’ai regardé un vlog de Charlie McDonnell. Il disait que si jamais on le rencontrait, on ne devait pas s’attendre à voir une personne extraordinairement extravertie (beaucoup d’extra dans cette phrase, pourtant ce n’est pas une figure de style). En fait, il se dit introvertie. Et au fond, je ne devrais pas être trop surprise. C’est un nerd dans l’âme, quelqu’un de totalement socially awkward (Comme le meme de pingouin). Mais, on se dit que puisque c’est un genre de célébrité (si vous ne connaissez pas Charlie McDonnell, c’est le youtuber avec le plus d’abonnés du Royaume-Uni, au pire aller voir charlieissocoollike), il devrait nécessairement extraverti. Dans notre société, ce sont les gens extravertis qui ont du succès, en tout cas pour tout ce qui attrait à la popularité.

Aujourd’hui, dès qu’on est jeune, on se classe en deux catégories (ou plutôt trois si on compte ceux qui n’ont pas vraiment de catégories) : les populaires et les impopulaires. Bref, ça se résume à être apprécié (envié) ou rejeté (jugé) par un nombre général de personnes. Et on s’entend, pour que le monde nous aime, il faut être ouvert et extraverti.

Si c’était juste ça, on s’en sortirait. Mais, c’est rendu si est introverti, tu te fais classé d’antisocial. C’est totalement faux. Ce n’est pas parce que tu n’es pas Miss Prom Queen que tu n’aimes pas les gens, et que tu préférais rester tout seul dans ta cabane de bois plutôt que d’adresser la parole à quelqu’un. Ça peut paraître bizarre, mais il y a des gens qui préfèrent ne pas être le sens de l’attention en permanence. Il y a des gens qui aiment bien se retrouver seul une fois de temps en temps, ou qui n’éprouve pas le besoin d’avoir le plus gros cercle d’amis.

En plus, si on retourne à mon tweet (pas le mien, on s’entend que je détiens pas les droits d’auteur), ce n’est pas parce qu’on ne se tient pas avec tout le monde (ou une certaine personne qu’on ne nommera pas) qu’on est antisocial. Ça veut juste dire qu’on n’est pas intéressée à quelconque interaction.

Alors, au lieu d’essayer d’être aveugle et de croire que quelqu’un ne nous adresse pas la parole parce qu’il est bête, bien faudrait se regarder le nombril un peu.

Pis un groupe de pingouins, ça reste un groupe.