Donnez-moi une bombe lacrymogène que je respire.

J’ai failli voir l’au-delà suite à la puanteur (abominable) qui entra en mes narines.

Pour ne pas discriminer, je ne nommerai personne. Je dirai plutôt que je n’aurais pas voulu mourir avec son visage en tête, (parce qu’il n’était pas très beau.)

Son odeur (ou puanteur) a été comme une révélation (et pas nécessairement une bonne). Je m’explique. Je n’ai jamais vraiment eu beaucoup d’odorat. Quand quelqu’un mettait du parfum, je n’en avais aucune idée. C’était plate. Par contre, quand on faisait des voyages scolaires et que l’autobus sentait le fumier en permanence, je ne sentais rien. C’était bien. Je sentais seulement quand je prenais des grandes bouffées d’aire. Donc, je n’avais jamais été vraiment confronté à la puanteur.

J’ai été prise au détour par ce que je considère la pire odeur de swig. Voici un rassemblement de plein de pensées disparates :

  1. Criss, tu ne te laves pas osti. (Quelques sacres, mais il y en avait beaucoup plus dans ma tête.)
  2. Fuck, même quand j’essaye de respirer par la bouche, ça pue. Ça goûte même un peu mauvais.
  3. Est-ce que je peux m’évanouir? J’ai un peu la tête qui tourne.
  4. On a de l’eau en masse au Québec; elle peut bien en prendre un peu.
  5. Elle voudrait se laver, qu’elle ne pourrait pas. Il lui faudrait de la laine d’acier.
  6. Je pense que mon déodorant a fondu?

L’apparence n’est pas tant important, mais l’hygiène il me semble que c’est un minimum.

Publicités

2 réflexions sur “Donnez-moi une bombe lacrymogène que je respire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s