Jour 8 : Pour toutes les Brigittes Bardeaux

Mon petit frère de famille (à défaut d’avoir des photos de l’orphelinat)

Aux Philippines, nous allons travailler dans deux domaines, si on peut dire, dans les orphelinats et la construction de maisons. Aujourd’hui, nous avons commencé à y travailler.

Pour les deux prochaines semaines, je suis attribuée à l’orphelinat, donc je vais plus vous parler de cela. Nous travaillons dans un grand centre divisé en trois administrations : Home for Girls, Regional Haven, et Reception and Study Center for Children (RSCC).

Premièrement, Home for Girls est un centre pour des jeunes filles ayant pour la plupart du temps souffert de violence physique, souvent sexuelle, et psychologique.

Deuxièmement, Regional Haven est un centre accueillant des mères, souvent adolescentes, et leurs enfants. Quelques-unes d’entre elles ont été violées, et élèvent maintenant l’enfant de leur agresseur. Là-bas, les mères reçoivent des formations professionnelles et sur comment être une bonne mère.

Dernièrement, Reception and Study Center for Children est un beau nom pour dire que c’est un orphelinat. Il est divisé en deux secteurs, celui des bébés de la pouponnière et celui des plus vieux d’âge préscolaire. Dans les deux, on retrouve des enfants souvent victimes d’abandon ou de violence.

Voici quelques histoires de bébés de la pouponnière.

Jonathan a quatre ans. Quand il était tout jeune bébé, il s’est fait abandonner par sa mère dans un conteneur à vidanges. De cet épisode, plusieurs séquelles lui sont restées. Donc, maintenant à quatre ans, Jonathan ne peut pas parler, ne peut pas marcher, et n’est même pas propre. De plus, il est presqu’aveugle et est atteint d’une sorte de dystrophie musculaire.

Larry est un petit garçon très rigolo. Haut sur ses deux jambes de deux ans, il aime faire des sourires à tout le monde. Quand il était encore un bébé, ces parents ont essayé de le vendre à on-ne-sait-trop quelle fin. Mais, attiré par l’appât du gain, son père demandait toujours plus d’argent pour son enfant. Il a fini par être récupéré par les services sociaux qui l’ont placé au RSCC. Son paternel, par contre, n’a pas trouvé la paix et tente de récupéré son enfant, à première vue, pour le revendre. Donc, pendant que tous ses copains se voient adoptés, Larry lui restera probablement toujours à l’orphelinat, entre deux chez lui.

La dernière, mais non la moindre, l’histoire du bébé parfait. Sa mère avait un peu moins de quatorze ans quand l’une des pires atrocités lui est arrivée. Elle s’est fait violer par son père. De ce viol, elle est tombée enceinte d’une petite fille. Maintenant âgée de quelques mois à peine, sa mère a donné son consentement pour qu’elle reste au RSCC. Elle ne pouvait pas s’en occuper adéquatement. Alors, maintenant, sa fille connait plus les employées de la pouponnière qui la reconnaisse unanimement comme le bébé parfait. Même si sa vraie mère est à quelques pas au Regional Haven.

Ce ne sont que quelques histoires parmi tant d’autres. À l’échelle planétaire, ce n’est qu’une goutte dans l’océan.

Publicités

Une réflexion sur “Jour 8 : Pour toutes les Brigittes Bardeaux

  1. Quelle joie immense de vous voir tous ce matin, heureux et débordants d’enthousiasme. Vous vivez là une expérience hors du commun, bien sûr, mais grandement méritée par tout le travail que vous y avez mis au fil des 4 dernières années. Une belle réussite dont vos parents sont fiers… David… ne compte pas sur moi pour te faire une omelette philippine au retour!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s