Jour 5 : L’or souillé

Le dépotoir de Tacloban

Aujourd’hui, nous avons fait l’expérience d’une vie. Nous sommes allés dans un dépotoir. Ce n’était pas pour ses magnifiques paysages. Quoique les montagnes étaient pas mal belles en arrière-plan. Mais, non, honnêtement, c’est le paysage humain. Tout le monde entend un peu parlé des conditions des gens vivant dans les dépotoirs, mais personne n’imagine à quel point c’est déstabilisant. Les gens là-bas vivent dans de la merde. En fait, c’est un mélange de merde, de déchets et de boue. Et on peut sentir la mixture à des kilomètres à la ronde.

Nous étions allés avec ManoJohn, un volontaire de la communauté qui se fait financer ses études par Volunteer for the Visayas, au dépotoir pour amener des sandwichs et du jus aux familles vivant et travaillant là-bas, particulièrement les enfants.

La majorité des gens là-bas sont en âge d’aller à l’école. Ils font quotidiennement entre 80-100 pesos philippins par jour. Ils le font en ramassant des coupons de tirage et des échantillons produits. Ils les revendent à des gens sur la rue. Aussi, quelque fois, ils trouvent des bijoux.

Les familles vivent dans des maisons construites en poubelles. Dès qu’on est arrivé, deux petits garçons ont commencé à nous suivre. Et puisqu’on était beaucoup, ils ont eu plus qu’un sandwich. Nous en avons manqué pour les autres. J’aimerais dire : Maudit snorot (je l’écris comme ça se dit, et qu’on je le veux), mais dans le fond pauvre p’tit, il a faim.

Lorsque nous sommes partis, le tracteur avec une pelle à déchets est arrivé et à soulever les déchets. Les enfants se sont alors précipités dans la pile de vidanges à la recherche de trésors.

C’est vraiment tout un El Dorado.

Sur une note plus légère, il faut vraiment faire attention où on marche dans un dépotoir en particulier. Résumé des évènements : Chute d’Isabelle, nombre de scratches sur mes jambes et elles de David, et  un nombre incalculable de trous dans nos pantalons. C’est vrai que regarder en avant dit la confiance, mais regarder à terre dit : Je ne tomberai pas aujourd’hui, non ce n’est pas vrai!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s