Jour 4 : On aime tous Marie Curie

Avec nos radiographies

De nouveau à l’hôpital, nous avons reçu nos résultats d’analyse. Verdict, nous sommes presque tous un peu déshydraté. Solution, boire beaucoup de Gatorade. Explication, ici, il fait TRÈS chaud.

Avant de partir pour Tacloban, nous avions vu de la pluie pour tout le mois de Mars. Mais, vous connaissez la météo, ils sont souvent dans le champ. Oui, il pleuvasse de temps en temps, mais rien d’extraordinaire et surtout rien de comparable à l’averse qu’on a eu la veille. Dans les faits, il fait environ 25 degrés Celsius en plus du taux effarant d’humidité. Normalement, on boire beaucoup d’eau. Sauf qu’ici, on a seulement le droit à l’eau minéral. Ce qui se trouve au centre de VFV et à notre home stay, deux endroits qu’on voit quand même rarement. Donc, vive les déshydrations et la recherche pour de l’or bleu! De toute façon, en revenant à Montréal, nous serons tous miraculeusement guéris.

Le point fort de cette deuxième visite de santé a été le résultat de nos radiographies. Nous les avons reçus dans une grande enveloppe. On pouvait voir nos côtes, et l’espace du cœur. On se rend bien compte la que nous avons tous le même intérieurs. En fait, il se ressemble étrangement beaucoup.

Fait cocasse par rapport aux radiographies. Un docteur, aux Philippines, dans un petit hôpital, analyse les radiographies de ses patients tous canadiens venus faire du volontariat. Sur l’une de celle-ci, il aperçoit un rond à la hauteur du cou d’une de ses patientes. Le docteur, perplexe, n’arrivait pas à comprendre pourquoi il y avait un gros rond presque parfaitement découpé. Serait-ce un défaut dans la machine? Non, on lui aurait rapporté la défectuosité et l’anomalie se retrouverait sur les radios d’autres de ses patients. Non, cette Claire était définitivement une exception. Si ce n’est pas une erreur, cela veut dire qu’elle doit être atteinte d’une maladie grave qui est très rare, même inconnu.

Quand fut le temps de l’appeler à son bureau, le docteur philippin pris une grave respiration. Il n’est jamais facile d’annoncer à quelqu’un que ses jours sont comptés, quelqu’un de si jeune en plus. Quand il vit cette hurluberlue rousse, il se disait : Je ne peux pas faire ça. Je ne peux pas faire ça. Il tente tranquillement de lui expliquer sa radio. Ce rond n’est pas normal, il va falloir l’éradiquer. Au moment où il s’arrêta pour regarder sa réaction et surtout la question fatidique : Vais-je mourir, docteur?, il ne vit qu’une chevelure de feu qui se penchait d’avant en arrière.

–  Le rond, c’est la pièce de monnaie que j’ai dans les cheveux. Oups, je l’avais complètement oublié celle-là! S’esclaffa Klair Groo, capitaine pirate.

Et elle repartie tranquillement conquérir d’autres navires pendant que le docteur se tapait la tête d’avant en arrière.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s