Jour 1 : Isabelle : Vole, vole, vole mon cœur va bien haut!

Les deux seuls gars qui rentrent dans le petit avion Manille-Tacloban

C’est le grand départ (encore), maintenant pour les Philippines. C’est bien tant mieux, parce que ce n’est pas comme si on était vraiment à Montréal. Juste en transit.

Pour la plupart d’entre nous, nous nous sentions un peu déconnecté de la réalité montréalaise. Ça paraît cliché, mais c’est vrai qu’on revient changé. Je tiens aussi à dire, à toutes les matantes et mononcles de ce monde, les voyages ça forme la jeunesse, et les plus vieux. Disons qu’en revenant, j’ai vu qu’il y a du monde qui aurait besoin de cette formation additionnelle. Mais, je vous parlerai de cela plus tard.

De nouveau sur la go, à 20h, notre groupe de joyeux lurons, comme dirait Claire, est parti vers de nouvelles aventures. Car, oui, cette fois-ci, comme vous le savez ou l’avez sans doute remarqué, c’est un trip de gang. 18 lurons + 2 profs. Alors, vous trouverez les belles aventures de tout ce beau monde.

Donc, exactement, à 17h, on était déjà tous à PET, même si on partait pour Toronto, en train d’essayer de fitter les bagages de tout le monde. À la dernière minute, quelques-uns d’entre nous ont décidé d’être généreux. Résultat, beaucoup trop de livres et de matériels qui ne rentraient pas dans la majorité des sacs à dos et valises.

En DéfiMonde, il existe deux catégories de gens par rapport à la quantité d’affaires à amener. Il y a ceux qui en amènent juste assez, c’est-à-dire, un nombre raisonnable de vêtements et de paires de souliers. Et finalement, il y a ceux qui en amènent BEAUCOUP TROP. Je ne nommerai pas de noms, sous peine de représailles de leur part. Mais, disons, que quatre pyjamas, cinq paires de souliers, et au-dessus de 15 hauts, c’est ÉNORMÉMENT disproportionné.

Alors, la plupart des gens était déjà à la limite de poids, donc une chance qu’il y a toujours des gens qui sont bordeline pour le nombre de vêtements.

Après l’enregistrement des bagages, on était enfin prêt pour un beau 35-heures d’avion en quasi-continu. Trente-cinq belles heures dans les mêmes vêtements, donc notre magnifique chandail défimonde, qui est le sosie de celui de Superman, désigné par une de nos artistes : Claire Groulx Robert.

Tant qu’à être tous pris habillé pareil, à l’air un peu touriste, vaut mieux le faire en beauté.

Dernièrement, j’aimerais faire une mention spéciale à Caroline, qui s’est introduit dans mon document.

Caro est une fille qui aime bien parler d’elle-même à la 3e personne, à la Marc Labrèche. Elle a mentionné dans la journée d’aujourd’hui : Caroline est la plus belle et la plus gentille fille que je connaisse. J’aimerais tellement être comme elle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s