Jour 30 : See You Later Alligator – After a While Crocodile

Vue du port (très précaire)

Il y a des jours où on aurait mieux aimé être resté au lit. C’était un de ces jours pour notre guide de kayak.

Nous allions en balade en kayak dans un marais pour observer les mangroves. Dans ces belles eaux boueuses, on retrouve plusieurs types de crocodiles et de caïmans.

Tout allait bon train, on pagayait à un assez bon rythme, tellement qu’on avait dépassé notre guide qui essayait de trouver des animaux de la faune costaricienne.

Là, on l’entend nous crier qu’il a trouvé un serpent. J’ai à peine le temps de me retourner, ce qui est quand même long en kayak, qu’il est dans l’eau. Il a chaviré en essayant de se pencher pour le voir de plus proche.  Il faut dire que son embarcation était plus ou moins stable. Elle avait l’air d’être faite en carton. Elle était peinturée à la main de la même couleur qu’on peint les fonds des piscines.

On repart, sans avoir vu le serpent finalement. Un peu plus loin, il nous pointe un oiseau, et tombe de nouveau. Il nous avoue par la suite que c’est seulement sa deuxième fois en kayak. Bon, c’est bien.

Ma mère qui dit demande après si les crocos mangent les humains. Oui, ils peuvent, mais ils ont assez de nourriture.  On se sent vraiment en sécurité. J’espère qu’on peut entendre le sarcasme.

On commence à rentrer dans un plus petit corridor quand on remarque que le bateau de notre guide ne tient plus l’eau. En fait tout le derrière de son bateau est dans l’eau et son devant est complètement dans les airs. Je me demande vraiment comment il faisait pour avancer comme ça. C’est à ce moment-là qu’il s’est bien rendu compte qu’il ne pouvait rien faire. On lui a bien dit qu’il devait avoir de l’eau qui s’était infiltré dedans, mais ça lui a pris plusieurs fois avant de vraiment comprendre.

Il a fini par sortir de son kayak et décider de trouver le trou. Le fond de la rivière et les berges étaient remplie de boue qui a mes yeux a plus l’air d’excréments d’animaux que d’autres choses. Et en essayant de monter son kayak sur la berge, il renfonçait jusqu’aux genoux. En plus, ce n’est pas comme si son affaire fonctionnait très bien. Il montait le nez, la queue descendait. Il montait la queue, le nez descendait, et ainsi de suite. En plus, il nous disait qu’il avait peur des caïmans, car leurs morsures font mal.

Notre solution. Une traîne le kayak. L’autre embarque le guide et le ramène à port. Disons que ce dernier n’aimait pas tellement l’idée.

On finit par voir un bateau s’engager dans le canal. Ma mère crie : Tenemos un problema! Tenemos un problema! La seule réponse du bateau a été au début de s’en aller. Il dit qu’il va nous envoyer un bateau. Nous n’avons jamais vu le bateau.

Le guide a trouvé le trou et il est sur le dessus. Alors, il vide son kayak et bouche le trou. Il teste sa solution et nous dit qu’on peut continuer le tour.

En fait, il avait peur de se faire chicaner par son patron, alors on dit oui, mais en maintenant un bon regard vers son kayak.

Finalement, c’était un très bon guide. Il nous a montré des toucans de très proches, environ 10 m au-dessus de nos têtes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s