Vivre comme un trotteux de globe

On dit : Le Monde est trop grand, tu n’arriveras pas à tout voir.

Je dis : Ouin, pis?

Mon but, ce n’est pas de voir le monde en entier, c’est de savourer chaque petit coin. Si j’avais été faite pour ne rien goûter, ne n’aurais pas de langue. Et si j’avais été faite pour rester sur place, je n’aurais pas de jambes.

Quand on y pense, l’Homo Sapiens Sapiens est nomade à la base. C’est l’«évolution» qui nous a fait devenir des couch potatoes. Dans le temps, il n’avait pas une baraque gigantesque pour chaque famille.

Bon, je ne dis pas qu’on devrait retourner aux cavernes. Non, comme Platon je recherche la lumière. Et moi, ma lumière, c’est la découverte. Et on en fait tellement en voyageant!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s